EnglishFrenchGermanSpainItalianDutchRussianPortugueseJapaneseKoreanArabicChinese Simplified



"MARISSOU, La Formidable"





arissou était une cousine germaine de Berthe GARDES dont Carlos GARDEL fit la connaissance pendant son séjour en France de novembre à décembre 1933.

Armando DEFINO, (secrétaire et fondé de pouvoir de Carlos GARDEL), rapporte l'instant de cette rencontre : ""Immédiatement nous sommes allés en Haute Garonne où se trouvait Berthe GARDES, son frère Jean et son épouse; là j'ai connu les membres de sa famille. Mon attention fut attirée par une cousine de Berthe GARDES qui résidait à Albi près de Toulouse et qui avait fait tout exprès le voyage pour connaître Carlos. Nous étions en pleine discussion, buvant un bon Pernod qu'avait préparé Jean GARDES, lorsque nous vîmes entrer un personnage comique, âgé d'environ 75 ans, un mètre et demi de taille, vêtue d'une large jupe et d'un énorme chapeau en parfait accord avec la mode paysanne, et un énorme parapluie qui lui servait de canne qu'elle faisait résonner sur le dallage de façon délibérée. Elle se posa soudain devant tout le monde, et bien qu'elle ait remarqué Carlos, elle se dirigea de façon picaresque vers Berthe GARDES en lui demandant : Où est Charlo?"  Cette personne qui s'appelait Marissou, bien qu'elle n'ait pas eu de contact avec Carlos, le connaissait très bien à travers les descriptions et les conversations des membres de sa famille.
L'affection avec laquelle elle salua Carlos, ses phrases spirituelles, firent que ce dernier surpris s'exclama : - Mais cette Marissou est formidable!.... elle demanda qu'on lui explique ce qualificatif et une fois qu'elle l'eut compris, elle se planta devant nous et nous dit : - Çela me plaît, c'est très bien. Dorénavant, je m'appellerai  Marissou la formidable... 
La dernière guerre interrompit notre correspondance, ainsi que celle de sa famille, et puis je ne reçus plus aucune réponse à mes lettres. Je ne sais pas quel a été le sort de si braves gens".

Photo de Berthe GARDES (1923) portant la mention manuscrite :
"A ma bien chère cousine Marisou un affectueux souvenir de sa cousine"
  Berthe Gardes  edad - âge  58 (ans) 


En septembre 1934, lors de son dernier voyage en France, et le seul qu'il fit à Albi,  GARDEL rencontra à nouveau Marissou et fit connaissance de Louis François RAMIÈRES, fils unique de Marissou et de son épouse Élise VIEULES, un couple qu'il désirait incorporer à son projet d'achat d'une maison à Nice.































Deux photos de Marissou appartenant à Berthe GARDES (publiées par Alfredo ECHANIZ dans "Archivo Gardel")


“Marissou”, “Marisou” ou “Marisú” ?


On trouve plusieurs orthographes pour Marissou.  Carlos GARDEL écrivait  comme on le prononce en Espagnol : "Marisú".  Berthe GARDES écrivait "Marisou" avec un seul s. Toutes les variantes sont valides, à cause de la langue et aussi du fait que les surnoms échappent à des règles bien définies. Dans ce texte comme dans sa traduction en Espagnol, nous avons adopté l'orthographe : "Marissou".

SES ORIGINES FAMILIALES



  1 - COMPOSITION DE LA BRANCHE FAMILIALE ARAGOU :

            Le nom d'état civil complet de Marissou la formidable était Alodie Rose Hélène Marie ARAGOU, mais son prénom usuel était Marie, d'où le surnom de "Marissou" qui lui a été attribué. C'était la fille de (Joseph) François ARAGOU[i] et de Rose Hélène Cunégonde CAMARÈS. Son père dirigeait à Albi une mercerie qui était située rue Mariès, une artère commerçante de la vieille ville. Sa mère était la tante de Berthe GARDES, et donc une grand-tante de Carlos GARDEL.
Marissou et Berthe GARDES étaient cousines en parenté.

            (Joseph) François ARAGOU et Rose Hélène Cunégonde CAMARÈS  eurent 3 enfants prénommés ainsi à l'État civil d'Albi :

- Albert Joseph Mathieu,                        né à Albi le 2 janvier 1857
- Alodie Rose Hélène Marie,                  née à Albi le 27 septembre 1862
- Joseph Camille Fernand ,                     né à Albi le 7 août 1871.

A-        L'aîné de la famille, Albert Joseph Mathieu ARAGOU, était employé de commerce, et travaillait très certainement dans le magasin familial. En 1882, après son service militaire il s'installa à Paris, 50 Boulevard Sébastopol, et ne revint plus à Albi [ii].

B -       Marie ARAGOU dite Marissou, nom qui sera utilisé dans cet  article, épousa le 8 mars 1897 Eugène Antoine François RAMIÈRES. Le mariage eut lieu à Albi, et les époux avaient respectivement 35 et 34 ans. Ils eurent un seul enfant : Louis François RAMIÈRES né le 28 janvier 1898. Eugène Antoine François RAMIÈRES décéda à Albi le 25 juillet 1917.

C-  Le cadet de la famille, Joseph Camille Fernand ARAGOU s'engagea dans les troupes coloniales et participa à des campagnes militaires en Indochine[iii] , puis il s'installa à Paris.


2-  COMPOSITION DE LA BRANCHE FAMILIALE RAMIÈRES :

Eugène Antoine François RAMIÈRES est né à Toulouse le 8 janvier 1863. Il est le fils de Jean Louis RAMIÈRES, voyageur de commerce et de Mélanie MICHEL. En 1881 la famille habitait Albi, au Castelviel à peu de distance du magasin de la famille ARAGOU. 

Louis François RAMIÈRES, fils de Marissou et d'Eugène Antoine François RAMIÈRES, épousa le 7 février 1920 Élise Marie Albertine VIEULES (plus connue sous son nom marital : Élise RAMIÈRES). La famille VIEULES était originaire de Blaye les Mines[iv], une ville où l'on extrayait le charbon et qui est située à 20 km environ au nord d' Albi. Ce couple n'eut pas d'enfant.


RECENSEMENTS D'ALBI de 1881 à 1936

  Évolution des familles ARAGOU et RAMIÈRES


1- Recensement de 1881 :

 A- Famille de (Joseph) François ARAGOU : au N° 22 de la rue de la préfecture.






62       ARAGOU        François Joseph  54 ans      Négociant               Chef de ménage
63       CAMARÈS      Rose Hélène        47 ans      Sans Profession      Femme ARAGOU
64       ARAGOU        Marie Alodie       20 ans      Modiste                    Fille
65       ARAGOU        Camille                 11ans                                          Fils
66       DURAND        Marie                   40ans       Domestique  

L'aîné de la famille, Albert Joseph Mathieu ARAGOU, n'est pas mentionné car il effectue son service militaire. Il fut incorporé dans l'Armée du 12 décembre 1880 au 30 septembre 1882[v].
Le père, Joseph François ARAGOU, négociant, dirige un commerce.
Marie Alodie ARAGOU, c'est à dire Marissou, âgée de 20 ans est modiste de profession.
La famille emploie une domestique, ce qui laisse à penser qu'elle vit aisément.
           
B- Famille de Louis RAMIÈRES : Castelviel , Maison N°42




192 RAMIÈRES  Louis        52ans    Représentant de Commerce      chef de ménage
193 MICHEL      Mélanie   53ans    Sans Profession                            femme RAMIÈRES
194 RAMIÈRES  Antoine Eugène  19ans   Étudiant                             fils

Louis RAMIÈRES et Mélanie MICHEL n'ont qu'un enfant.
Après avoir vécu à Toulouse où naquit Antoine Eugène RAMIÈRES, la famille vit à Castelviel, un groupe de maisons proche de la cathédrale Sainte Cécile d'Albi.



2- Recensement de 1891 :

            A- Famille de (Joseph) François ARAGOU : N° 22, rue de la préfecture.







50  ARAGOU   François Joseph   63ans   Français    Marchand Mercier          Chef

51  CAMARÉS  Rose                      55ans   Française  modiste    Épouse ARAGOU
52  ARAGOU    Marie                    27ans    idem                                                   fille
53  DURAND    Marie                    48ans                     domestique

On retrouve les mêmes personnes qu'en 1881, à l'exception du fils cadet, Joseph Camille Fernand ARAGOU qui s'est engagé le 19 octobre 1889 dans les troupes d'infanterie de marine pour une durée de 3 ans.[vi]
On remarque que les professions déclarées ont varié : (Joseph) François ARAGOU est Marchand Mercier, son épouse Rose CAMARÈS est modiste, tout comme leur fille Marie ARAGOU. Enfin la famille à toujours la même domestique à son service : Marie DURAND.

            B- Famille RAMIÈRES : 26, rue du Castelviel



 26   39   100   MICHEL  veuve RAMIÈRES             Mélanie        60 ans       rentière

Par rapport à 1881, il ne reste plus qu'une seule personne dans ce foyer. Le père, Jean Louis RAMIÈRES est décédé en 1888, et le fils Eugène Antoine François RAMIÈRES a quitté le domicile familial. Mélanie MICHEL vivra seule et habitera le même quartier d'Albi jusqu'à son décès en 1909."

3- Recensement de 1896 :

            Famille de (Joseph) François ARAGOU : N° 22, rue de la préfecture.



68    ARAGOU     Joseph        67ans       négociant         chef
69    CAMARÈS   Rose            61ans       modiste            épouse     
70    ARAGOU     Marie          33ans       idem                  fille
71    ARAGOU     Camille       25ans       négociant         fils
72    DURAND     Marie          53ans       Domestique

Le père, (Joseph) François ARAGOU âgé de 67 ans dirige toujours le magasin situé rue Mariès. La mère, Rose CAMARÈS et la fille Marie ARAGOU, c'est à dire "Marissou", sont modistes. Enfin le fils cadet Camille ARAGOU est rentré de l'armée et travaille au magasin avec son père. La famille emploie toujours la même domestique.


4- Recensement de 1901 : Famille d'Eugène Ramières, 22 rue de la préfecture

Beaucoup d'événements ont eu lieu depuis 1896. Rose CAMARÈS et son époux (Joseph) François ARAGOU sont décédés respectivement en 1897 et en 1899. "Marissou" a épousé Eugène Antoine François RAMIÈRES en 1897 et leur fils, Louis François RAMIÈRES est né l'année suivante. Marissou habite avec sa famille dans le logement de ses défunts parents.




  57     RAMIÈRES             Eugène    38ans     chef     Employé de commerce    Aragou
  58     ʺ   née ARAGOU   Marie      38ans     épouse       modiste                     Patronne
  59     RAMIÈRES             Louis        3½ ans    fils             
  60     CAMARÈS             Héléna     39ans      cousine
  61     DURAND               Marie       59ans      Domestique

En 1901, le Recensement National français mentionne le nom de l'employeur dans une colonne supplémentaire. Marissou, qui apparaît à la ligne 58 du recensement d'Albi, est à présent la patronne du magasin de mercerie de ses parents. Son acte de mariage mentionne que les époux avaient signé devant notaire des conventions matrimoniales qui avaient probablement prévu cette situation. Son époux, Eugène RAMIÈRES est donc employé par son épouse Marissou. Héléna CAMARÈS vit avec le jeune couple. Cette cousine de Marissou est la fille de Jules Barthélemy CAMARÈS et de son épouse Clémentine LAFFON, mariés en 1856.  Peut être s'occupe-t-elle du jeune Louis RAMIÈRES pendant que les parents travaillent au magasin. Marie DURAND, 59 ans, la domestique, est à présent au service de ses nouveaux patrons.


  5- Recensement de 1906 :

A - Famille d'Eugène RAMIÈRES - 22 rue de la préfecture.   (La courbure de la page du registre de recensement a nécessité la prise de deux clichés).


51 RAMIÈRES     Eugène      1863        Toulouse   chef        représentant de Commerce       
52 ʺ  ARAGOU    Marie        1862        Albi                        épouse              modiste
53        ʺ              Louis          1897       Idem          fils
54 CAMARÈS      Hélène       1862        Idem          cousine   employée de Commerce                                                                                                                                  Ramières.
55 DURAND        Marie        1842        Pampelonne         cuisinière
Le Recensement National français de 1906 a remplacé l'âge d'une personne par son année de naissance. La composition de cette famille n'a pas changé depuis 1901. Seules des professions sont différentes. Eugène RAMIÈRES, âgé de 43ans, est représentant de commerce, et n'est plus présent au magasin. Hélène CAMARÈS le remplace dans cette tâche. Louis RAMIÈRES a 9 ans, et il est le seul enfant du couple. Marissou exerce toujours le métier de modiste

B - Mélanie MICHEL veuve RAMIÈRES - rue du Castelviel



84   MICHEL Mélanie               1829       Albi                Française      Chef
C'est la dernière mention de Mélanie MICHEL, belle mère de Marissou,  dans le recensement d'Albi, avant son décès qui surviendra le 9 mars 1909. Elle habite seule 20 rue du Castelviel et est âgée de 77 ans.

6- Recensement de 1911 : Famille d' Eugène RAMIÈRES - 22 rue de la préfecture.




36    RAMIÈRES   Eugène     1863   Toulouse        chef          Marchand de nouveautés
37    ARAGOU      Maria?     1862   Albi                 épouse                  modiste
38    RAMIÈRES    Louis        1897   idem               fils
39    DURAND      Marie       1848      Pampelonne          domestique

Eugène RAMIÈRES est "Marchand de nouveautés". Selon le dictionnaire Littré, ce terme qualifie une personne "qui fait particulièrement métier de vendre des étoffes pour femmes, la mercerie, les rubans, la lingerie et tout ce qui concerne la toilette des femmes". Marie ARAGOU (Marissou) est modiste et son fils Louis est à présent âgé de 14 ans. Marie DURAND qui a 63 ans est au service de la famille depuis plus de 30 ans. Elle est originaire de Pampelonne, une petite bourgade située à environ 30 kilomètres au nord d'Albi.
           
7 - Recensement de 1921 :

A cause de la guerre de 1914-1918, il n'y a pas eu de Recensement National en 1916, et il a fallu attendre l'année 1921 pour recommencer cette opération.

            Marissou et famille d' Eugène Ramières - 22 rue de la préfecture.




68     RAMIÈRES      Marie                 1862         Albi     Chef   Sans profession
69     RAMIÈRES      François Louis  1898        idem  fils      Tourneur mécanicien
70     RAMIÈRES      Élise                    1897         Blaye   bru    Sans profession

En dix ans, beaucoup de changements ont eu lieu :
Eugène  RAMIÈRES, époux de Marissou, est décédé le 25 juillet 1917. Marissou n'exerce plus son métier de modiste, et s'est retirée de son magasin de la rue Mariès. A présent elle accueille chez elle le couple formé par son fils Louis François RAMIÈRES et son épouse Élise Marie Albertine VIEULES  qui se sont mariés le 7 février 1920[vii]. A noter que le nom de jeune fille de l'épouse n'est plus indiqué dans le recensement de 1921. Seul figure son nom marital.


8 - Recensement de 1926 :

            Marissou  - 22 rue de la préfecture.


 48       RAMIÈRES  Marie      1862      Albi        Chef    Sans Profession

Marissou vit désormais seule. Son fils, Louis François RAMIÈRES change souvent de domicile. Sur sa feuille d'états de services militaires on peut lire les localités qu'il a successivement habitées :
Graulhet (Tarn) en 1922, Béziers (Hérault) en 1923, Narbonne (Aude) et Albi (Tarn) en 1924, Gaillac (Tarn) en 1925, pour enfin revenir à Albi en 1928. Il  était chauffeur de camions comme l'a expliqué son épouse Élise VIEULES et travaillait pour des caves vinicoles.

9 - Recensement de 1931 :

            Marissou  - 22 rue de la préfecture.



 43       ARAGOU      Marie 1862  Albi     Chef   Sans profession
Marissou habite depuis plus de 50 ans à cette même adresse

10 - Recensement de 1936 :

Carlos GARDEL est décédé depuis un an, ainsi que son oncle de Toulouse Jean Marie GARDES (le "tio Juan" comme l'appelait affectueusement GARDEL dans ses lettres).

Situation de MARISSOU :
Marissou a quitté Albi et vit à Toulouse avec Charlotte LAURENCE, veuve de Jean Marie GARDES dans la maison du 16 allées de Barcelone où Berthe GARDES séjournait lors de ses voyages en France et où elle a appris la mort tragique de son fils Carlos GARDEL.
          

Page du Registre de recensement de Toulouse de 1936 – Allées de Barcelone



Détail de la page du Registre :

93       GARDÈS                               Charlotte      1869              Paris              Chef
94       RAMIÈRES ARAGOU         Marie            1869?                       Albi    

Les deux femmes vivent ensemble, 16 allées de Barcelone. A noter une erreur sur l'année de naissance de Marissou (1).

La consultation des registres de recensement d'Albi et de Toulouse sur la période 1881-1936 donne une vision complète de l'évolution de Marissou et sa famille sur trois générations. Ils révèlent aussi les liens étroits de Berthe GARDES avec sa cousine et par conséquent cela peut expliquer la préférence pour Marissou que Carlos GARDEL montrait dans ses lettres, bien qu'il ne l'avait vue qu'à deux reprises. 

le 23 octobre 1934, Berthe GARDES écrivait à Armando DEFINO : " Je passe quelques jours, plus précisément un mois pour conforter mon cousin d'Albi, parce qu'ils ont été peinés que Carlitos n'ait pas pu rester plus de trois heures...". Il est fort probable que la photographie représentant Berthe GARDES avec Marissou et Charlotte GARDES publiée ci-après appartienne à cette période.

Berthe GARDES, Marissou et Charlotte LAURENCE.





                                                                                 Georges GALOPA                       Ana TURÓN
                                                                                ANDOLSHEIM (France)            AZUL (Argentine)

                                                                                          Le 19 Juillet 2017





Les auteurs remercient :

Madame GUIRAUD -CHAUMEUIL, Maire d'Albi (France),
Madame Michèle BARRAU-SARTRES Conseillère Municipale d' Albi, déléguée aux archives,
Madame Catherine CABOT et Monsieur Angel SANZ, des Archives Municipales d' Albi (France),
Les Services de l'Etat civil de la ville d'Albi (France),
Le journal « Le Tarn Libre » en la personne du journaliste François Astorg,
Monsieur Bernard Fenouillet,
Monsieur Roberto Sanz, et les Archives Départementales du Tarn (France),
Les Archives de París (France),
Les Archives Municipales de Toulouse (France).








[i]                            Bien que sur certains actes d' Etat Civil on trouve les prénoms Joseph François, seul le prénom François     figure sur son  acte de naissance.

[ii]    Registre matricule d'Albert Joseph Mathieu Aragou -    Albi Classe 1877   N° Matricule 1096 -Archives Départementales du Tarn.

[iii]                Registre matricule de Joseph Camille Fernand Aragou - Albi classe 1888   N° Matricule 1144 - Archives  Départementales du Tarn

[iv]   Avant 1934 , la ville s'appelait BLAYE d'Albigeois. (source : wikipédia)

[v]       Registre matricule d'Albert Joseph Mathieu Aragou -    Albi Classe 1877   N° Matricule 1096 - Archives Départementales du Tarn.

[vi]   Registre matricule de Joseph Camille Fernand Aragou - Albi classe 1888   N° Matricule 1144 - Archives Départementales du Tarn

[vii]  Acte de mariage Louis François  RAMIÈRES -Elise Marie Albertine VIEULES - 7 février 1920.